Le banana bread, la salade et les devoirs de vacances… 

Ce soir, j’avais envie de vous raconter la jolie journée du MiniMoy. 

Depuis longtemps, il sait arrêter tout ce qu’il fait pour venir donner un petit coup de main en cuisine. Il aime battre les blancs en neige, piquer la pâte à tarte, couper les fruits, mélanger la soupe… 

Il est également persuadé d’être un singe. Autant vous dire que je l’ai moyennement pris quand il me l’a annoncé… Me prenait-il pour une guenon?? Mais il m’a expliqué sa théorie que je vous résume ici : « l’homme descend du singe donc on est tous un peu des singes et surtout, surtout ! J’adore les bananes… Donc je suis un singe ! »

 Alors en lisant l’article de Rita le Chat nous livrant sa recette de Banana Bread j’ai immédiatement pensé à mon fils-singe. 

J’ai recopié la recette pour qu’ils puissent la lire facilement (et surtout garder mon portable intact…) La MiniMiss était heureuse de m’aider en coloriant les bananes. 

Ce qui était normalement un simple moment à faire un gâteau est devenu une jolie histoire. 

Le MiniMoy me voyant fatiguée m’a proposé de tout faire seul. Mon angine et moi avons accepté ! C’est en le voyant buter à la lecture de certains mots que j’ai réalisé que c’était là les meilleurs devoirs de vacances au monde ! 

Il a lu la recette puis relu pour voir s’il avait tout compris. 

Puis il a fait un peu de calcul: « 50g de sucre blanc et 50g de sucre roux ça fait 100, mais alors, ça fait beaucoup non? Et là, j’ai mis 150g de farine dans le verre mesureur, je vais calculer combien je dois rajouter » 

On à parler des heures également. 15minutes sous un papier alu… Ça fait un quart d’heure aussi… 

Il était fier et heureux de tout faire seul. Il a mis beaucoup de soin dans la disposition des bananes décoratives. Il a même eu le droit de mettre son gâteau dans le four ! 

Le voyant impatient, j’ai proposé d’occuper les 40 premières minutes de cuisson pour aller faire un petit tour sur le trampoline de mon oncle et ma tante quelques mètres plus loin. 
Tournée générale de « Hourra ». Sur place, mon oncle nous a offert une salade. Le MiniMoy a été le regarder couper la salade dans son petit coin de potager puis à observer les légumes qui y poussaient. 

Les enfants étaient ravis de ce cadeau hors norme.De retour à la maison, le MiniMoy était inquiet, il avait peur que notre absence n’ait été trop longue mais il a vite été rassuré en entendant le timer sonner la fin des 40minutes. Il a regardé avec une très grande vigilance quand j’ai recouvert le gâteau d’alu pour la fin de la cuisson. Cet enfant pourra être jury pour le meilleur pâtissier et stresser les meilleurs candidats !

Une fois la cuisson terminée, le MiniMoy est resté dans la cuisine, jamais trop loin de son gâteau qui refroidissait. Il en a profité pour donner quelques conseils à la MiniMiss qui voulait avoir elle aussi sa place en cuisine et confectionnait  la pizza du midi. 

La salade fraîchement cueillie a donc accompagné notre repas. 

Le MiniMoy qui n’aime pas la salade a bien voulu y goûter et l’a trouvé bonne. 

Alors pour remercier de ce cadeau, il a décidé d’aller porter 2 parts du banana bread en échange. 

Avant de repartir, nous avons dégusté son gâteau. Il a d’abord été un peu déçu car il s’attendait à retrouver ses morceaux de bananes un peu crus. Puis finalement il a bien aimé. Personnellement je m’attendais à ne pas trop apprécier car  je n’aime pas beaucoup la banane mais finalement j’ai adoré. J’en ai mangé plus que de raison. Une tuerie ! 

Le MiniMoy  a enfin pris une feuille de papier pour y noter un petit mot, il a bidouillé avec un tendeur pour accrocher un panier à son porte bagage et a pris l’allée à toute vitesse pour porter son présent. 

Nous nous sommes tous régalés grâce à cette délicieuse recette ! Et je me suis encore plus régalé en observant ce petit jeune homme si gentil et serviable ! 

Et si vous ne savez pas quoi faire, faites donc un banana bread, on se régale et vous passerez sûrement un beau moment vous aussi 😘

Publicités

Et elle a eu 5 ans

5 ans. Si petite et si grande à la fois. 5 ans. Si petite et si grande à la fois. Elle ne le sait pas encore, fait semblant de ne pas nous croire mais elle grandit et s’épanouit ! 
Longtemps elle ne nous a pas cru quand on lui disait qu’elle allait bientôt avoir 5 ans. Elle rigolait, niait comme si cet âge lui semblait bien trop grand pour elle. 

Il faut dire que nous ne lui avons pas facilité la tâche le dernier mois. Elle ne savait plus si elle avait 4 ans ou bien 5 ans ou alors 5 ans pour de faux mais un peu 4 ans et demi… Nous avions organisé son premier anniversaire avec des copines 1 mois avant la date réelle de son anniversaire, puis il y a eu les 5 ans de l’école la veille des vacances et enfin, le vrai de vrai ce 16 juillet.

Et puis 5 ans, c’est l’âge de ceux qui vont en grande section, mais elle était encore dans « sa » moyenne section… Cela à suscité quelques questions, une légère appréhension pour laisser finalement la place à l’excitation d’avoir enfin 5 ans et de changer de classe.

La toute petite fille encore un peu bébé par moment de l’an passé laisse place à une jeune fille souriante, curieuse et encore timide et manquant d’assurance parfois. 

Elle écoute, observe et reprend dans ses jeux toutes les expressions et le vocabulaire entendus mais quand on lui pose une question, elle répond systématiquement qu’elle ne sait pas. Si nous sommes avec elle, elle ne saura plus écrire, ni lire, ni compter, ni dessiner… et pourtant dans le calme de ses jeux, elle nous épate par son savoir, son imagination et son organisation. 

Il faut dire que ce n’est pas toujours facile pour elle de trouver sa place après 2 aînés qui demandent un peu d’attention pour les devoirs, qui parlent beaucoup et jouent si bien à deux (et se disputent si bien aussi). La MiniMiss est suivie aussi par le SiMignon qui durant ces deux ans à beaucoup attiré notre attention, premier babillement, premier pas, premiers mots… Nous n’avons pas toujours été assez vigilant pour l’aider à trouver SA place, à se sentir importante. 

Quand nous lui disons que nous somme fiers d’elle, elle hausse les épaules ou fait la grimace comme si elle ne nous croyait pas. Depuis que nous avons pris conscience qu’il nous fallait l’aider à trouver sa place, elle s’affirme et commence à nous croire quand nous la complimentons. Elle ne se met plus à pleurer quand elle est en difficulté mais s’emporte et s’énerve contre ceux qui l’embête ou demande de l’aide. Elle ose dire à ses frères et sa soeur qu’ils l’agacent mais garde malgré tout sa douceur, sa bienveillance et sa patience avec eux. 

A 5 ans, elle prend également confiance pour les activités artistiques. Sur son bureau on découvre depuis quelques mois des dizaines de feuilles remplies de signes graphiques, de dessins très réalistes, de petits papiers découpés, collés puis recollés pour fabriqués des objets. Elle use et abuse des tampons et des gommettes avec plaisir. Elle remplit des petits carnets, des cahiers de coloriage et détourne ces dessins tout f ait pour créer sa propre composition en mixant les techniques… 

Grâce à cela, à la découverte de l’écriture « en attaché » et la découverte des sons, elle se sent plus proche des deux aînés et tente d’éveiller son petit frère aux joies du travail scolaire. Elle a même réussi à me convaincre de lui offrir un cahier de vacances et d’en prendre un pour le SiMignon. Il s’installent donc parfois tous les 2 pour « travailler ». Et elle a une veritable passion pour jouer à la maîtresse !
Alors voilà, pour résumer notre MiniMiss, c’est celle qui pourra mettre une robe de pirate avec sa couronne de princesse, une robe à paillette avec un pantalon à rayures mais qui se cachera quand on la félicitera, celle qui hurlera qu’elle ne sait pas nager en se cramponnant à nous et qui sera la minute suivante à l’autre bout de la piscine seule et y restera 1h sans personne (une vraie petit sirène), celle qui fera tout comme les autres pour ne pas avoir à décider et être comme eux mais qui prendra la tête pour organiser un jeu de façon un peu autoritaire !Une jeune fille pleine de ressources qui apprend peu à peu à se découvrir.

 Et nous parents, depuis 5 ans on l’aime jusqu’à l’infini (à tel point qu’elle lève parfois les yeux au ciel quand on lui dit en soupirant qu’on lui a déjà dit mille fois, puis elle se reprend en nous murmurant qu’on peut encore lui dire pour toute la vie) et nous allons continuer de l’accompagner du mieux qu’on le peut avec quelques erreurs mais beaucoup de câlins et de bisous.