L’entrée en sixième et le petit bonbon

Ce matin là, après quelques jours avec des déboires de transport, LaCrapule était heureuse que je l’emmène au collège. C’était un mercredi. Les plus jeunes dormaient encore à la maison avec PapaCoq. 

Nous avions pris notre petit déjeuner rien que toute les deux. Au moment de partir elle m’a lancé:

« Jai pris 1€ dans ma tirelire pour m’acheter un petit bonbon en sortant du collège »

Surprise, je n’ai rien dit. Elle m’en a reparlé dans la voiture, me demandant si j’étais d’accord. Amusée, j’ai approuvé son idée. 

Elle qui refuse d’apprendre un nouveau trajet plus rapide, elle qui n’ose pas sortir son téléphone en public, elle qui n’ose pas encore dire au revoir après les cours pour filer en vitesse prendre son bus, elle qui se cherche encore un peu dans l’attitude à adopter…  Voilà qu’elle se lançait le défi de profiter de sa toute nouvelle autonomie ! 

C’est donc une jeune fille fière et pressée de sortir de cours que j’ai déposé au collège ce matin là.

Finalement, j’ai reçu un texto m’annonçant qu’elle allait au monoprix avec sa camarade L. pour acheter des bonbons. Étant donné que je ne voyais pas où était le monoprix j’ai eu un petit coup de chaud… Bon Ok, un sacré coup de chaud et des sueurs froides… 

Je situais bien le monoprix de la ville voisine mais cela me paraissait un peu trop ambitieux… 

Bien sûr elle avait enfoui son téléphone au fin fond de son sac à dos, en silencieux… Impossible donc d’en savoir plus… 

Finalement le fameux monoprix n’était pas si loin… Je m’en suis souvenue (heireusement car un peu plus et j’appelais le FBI au cas où elle se perde en route…) et pour l’aider je lui ai envoyé un message lui indiquant le trajet à prendre pour récupérer son bus de là où elle était (et rentrer enfin à la maison, en sécurité!)

N’ayant pas vu le message, elle est retourné au collège afin de rejoindre SON arrêt de bus. Téméraire mais pas trop quand même ! (Ouf !) 

Avec PapaCoq, nous l’attendions amusés (enfin, une fois que nous avions eu le message confirmant qu’elle était dans le bon bus hein… Avant, on faisait moins les malins)

Elle est arrivée triomphante avec son paquet de bonbons à la main. Fièrement elle a distribué des bonbons à chacun. Après avoir dévoré le paquet de schtroumpfs tous les 6, nous nous sommes quand même demandé comment elle avait fait avec seulement 1€. Elle nous a avoué avoir pris 1€30 et qu’une vieille dame lui avait donné 10 centimes quand elle l’avait entendu se plaindre de ne pas avoir assez d’argent. Elle devait être bien mignonne notre Crapule dans ce monoprix pour se faire aider ainsi. 

Ce jour là, j’ai réalisé que ma grande confiance en elle était bien réelle mais que j’étais quand même pas tout à fait rassurée… Normal me direz-vous… Mes collègues de réunion n’ont rien vu de mon petit coup de stress ce jour-là… Je fais pas si mal illusion ! 

Alors forts de ce petit exploit grandiose nous voici tous les 3 fiers et rassurés sur nos capacités à gérer cette nouvelle vie de jeune collégienne! 

Et surtout nous sommes prêts à partager encore un tas de paquets de bonbons pour célébrer nos enfants qui grandissent si bien !

Publicités

Le petit verre d’eau et le lit de grand

Après cette rentrée un peu chargée, j’avais envie de prendre le temps de vous raconter ce passage du SiMignon à un « lit de grand » 

Depuis quelques mois, il était devenu très difficile de le coucher. Il se mettait debout et parlait sans cesse avec la MiniMiss avec qui il partage la chambre. Il interpellait les 2 autres en espérant faire venir quelq’un près de lui. Il négociait alors un peu d’eau, ordonnait qu’on ramasse sa tétine joyeusement lancée par dessus bord, quémandait un livre ou un jouet… Bref, il ne voulait pas dormir… 

On hésitait donc à lui offrir une plus grande liberté… 

A la fin de nos vacances, il a eu le droit de dormir dans le grand lit de son oncle et il était heureux et fier. 

Bien sûr, il a fait une tentative de fugue dès le 2ème soir (bien organisé, il avait emballé son doudou et sa tétine dans la couette!)

Une fois à la maison, nous nous sommes lancés dans la construction de son nouveau lit. Le lit parapluie n’était pas loin. D’abord pour nous offrir une garantie au cas où il ne dormirait pas mais aussi dans l’hypothèse où je ne sache pas monter ce lit 😆

Après avoir pleuré en voyant son lit à barreau au sol, il a pris un tournevis et est venu me donner un coup de main

Il a choisi sa couette de « Louloupotame » et s’est couché ! Ce jour-là, il a passé un temps fou dans son lit. 

Finalement ce passage au grand lit n’a pas changé grand chose dans les premiers jours. Il nous appelait quand même le soir. 

Et puis un soir alors qu’il criait comme un pauvre malheureux qu’il voulait boire, j’ai entendu la MiniMiss le prendre en charge. 

Elle s’est levée, l’a invité à faire la même chose. Gentiment, elle lui a expliqué qu’il pouvait sortir seul et aller dans la salle de bain. Il hésitait un peu alors elle l’a pris par la main. 

Ensemble devant le lavabo je les entendais chuchoter:

-« regarde, tu peux prendre de l’eau. »

-« attends, marche » (le SiMignon installait sa petite marche pour accéder au robinet)

-« et voilà de l’eau. »

-« non, verre pirate sipeuplai »

-« tiens »

-« merci »

-« tu vois, t’es un grand maintenant, tu peux le faire tout seul d’accord?! »

Je ne vous cache pas que j’ai eu un peu peur qu’elle lui ait appris à se relever… Je m’imaginais déjà avec lui, vivant sa petite vie, le soir jusqu’à pas d’heure… L’enfer, le cauchemar… J’hesitais à me fâcher pour leur ordonner d’aller vite au lit quand ils sont repartis tous les 2 sur la pointe de pieds pour rejoindre leur lit. 

Là encore la MiniMiss a pris à coeur son rôle de grande soeur en lui expliquant qu’il fallait vite se recoucher et qu’il n’aurait droit qu’à un seul verre d’eau le soir ! 

Ils se sont recouchés en se souhaitant une bonne nuit et se sont endormis. 

Cette anecdote peut paraître un peu ridicule mais ce soir là, la MiniMiss a grandit et le SiMignon aussi. Ils n’avaient pas besoin de nous et ils ont franchi cette petite étape de la vie tous les 2. 

Depuis le SiMignon a organisé une soirée pyjama (on l’a retrouvé par terre, glissé dans sa couette comme dans un duvet…), il a transformé son lit en bibliothèque et en trampoline, il a estimé que c’était un endroit parfait pour y ranger la dînette, il s’est relevé pour surveiller son frère et ses soeurs et faire la commère… Mais il a dormi. 

Le matin, il continue de nous appeler et aime qu’on vienne le chercher. Il tend les bras vers nous puis se ravise en disant « attend, un lit de grand ». Il descend de son lit puis nous tend à nouveau les bras pour son câlin du matin. 

L’autonomie lui va bien !