#je ne sais pas vous…La mère, ce maître zen qui s’ignore

Je ne sais pas vous, mais parfois je me dis que le fait d’être mère fait de nous des maîtres zen…

Bien sûr, on ne devient pas maître zen en salle d’accouchement mais c’est là que démarre le processus.

Le chemin pour le devenir est long. Tout commence par de multiples épreuves anodines…

  • « il fait ses nuits?  » Mais… mon bébé à 15 jours, comment voulez-vous qu’il fasse ses nuits bon sang ????
  • « Il a pleuré à la séparation ? Le mien n’a rien dit ! » Mais… pfffff On est encore en plein dedans avec le SiMignon poour cette rentrée en MS dans une nouvelle école… AU secours !
  • « Le mien était propre à 18 mois, le tien en a 35, il en est où? » Mais… Déjà comment tu sais mieux que mois l’âge de mon enfant ???
  • « Nan, moi la tétine, je suis contre ! Tu ne devrais pas lui donner hein ! » Ok… Tu gères mon enfant qui hurle alors… Merci !

Bref, quand tu deviens mère tu dois gérer sereinement ton enfant (même tes enfants…), le regard des autres et leur avis…. Et dejà tu as l’impression d’être sur la voie de la zénitude si tu gères tout ça poliment et en souriant (et sans bain de sang) !

Puis ton enfant grandit et tu penses naïvement que ça va se calmer… Mais vient le moment des devoirs… être assis à côté d’un enfant qui rêve de repartir jouer (ou plutôt déranger sa chambre) et l’écouter lire des lettres et des syllabes… ça aussi c’est une compétence que les plus grands guides spirituels envient aux mères.

La phase du début de l’adolescence que j’appellerai la phase du « t’inquiète  » est un moment à ne pas rater si tu veux arriver à finir ta vie en liberté et non derrière les barreaux pour infanticide. Quand ton pré-ado te dit « t’inquiète » . Tu dois à la fois être inquiète et montrer ta confiance « absolue » en lui… Parce que si tu lui hurles -« ben si justement je m’inquiète, comment veux tu que je ne m’inquiète pas alors qu’hier déjà tu as blablabla et avant-hier c’était blablabla et rappelle toi le mois dernier quand tu as blablabla » (je vous laisse compléter le blablabla en fonction de votre enfant ou de votre imagination)… Je n’ose imaginer l’adolescence…

Pour vous divertir, voici quelques exemples de cette dernière semaine qui ont mis ma patience à l’épreuve…

Prenons l’exemple du SiMignon qui part avec mon saladier préféré (cassable) chercher des tomates dans le potager et qui revient très fier avec le saladier vide (mais pas cassé !).

« Tiens des tomates. Yen a plus zai tout mangé sur la route »

Et là, tu dois garder ton calme… Ne pas rire ou ne pas te fâcher (en fonction de ton humeur)

Ou bien prenons l’exemple de LaCrapule à qui j’ai demandé de descendre les draps aux sous-sol (sous entendu « devant la machine » puisque je dois les laver )

« Je savais que ça allait pas te plaire mais techniquement tu ne peux rien dire… je les ai descendu et ils sont au sous-sol… bon et j’avoue, j’avais la flemme ! »

Bon, pour une fois que je pensais à lancer une machine, je n’ai rien dit. Je suis resté zen. Mais quand même…

Et quand tu es parent, il y a surtout l’épreuve du supermarché à la rentrée avec tous tes enfants pour faire le plein de la semaine ainsi que les fournitures scolaires. Si tu arrives à supporter les « mamans » incessants (des tiens et de TOUS les enfants du rayon), les crises de nerfs des uns, les remarques des autres (salut la vieille qui s’est perdue au rayon fournitures), la techno qui passe à la radio pour interrompre le speaker qui te vend du vernis hors de prix alors que tu n’as pas fait de manucure depuis 1000 ans mais tu l’écoutes quand même au cas où. Si tu supportes aussi les 352 négociations pour la gomme rose, la trousse OM, la règle qui fait catapulte et ce feutre avec un dinosaure… si tu parviens à trouver LE cahier 107pages petits carreaux seyes à spirale en polypro arc en ciel… alors là, tu atteint un niveau de zenitude incroyable !

Là, comme moi tu dois t’attendre à voir un moine boudhiste venir à toi dans l’allée du supermarché pour se mettre à genou devant toi et te féliciter !

Enfin bref, je ne sais pas vous mais parfois je me demande combien il y a d’étapes, de niveau pour devenir « maître zen » quand on est mère de famille ! Combien de cases il faut cocher pour obtenir notre diplôme.

Cet article est décousu, pas tout à fait honnête non plus (parce qu’il y a quand même de très jolis moments dans notre quotidien de parents) mais je pense que nous ne voyons pas toujours assez à quel point nous sommes fortes et formidables au quotidien !

Ps : Il se peut que lors des courses de rentrée quand LaCrapule m’a demandé si elle pouvait m’aider, je lui ai répondu que ce serait chouette qu’elle trouve au détour d’un rayon une batte de base-ball pour détruire ce putain de haut-parleur qui me bousillait les oreilles !

6 réflexions sur “#je ne sais pas vous…La mère, ce maître zen qui s’ignore

  1. J’ai ma fameuse technique : mes parents gardent les trois filles tout le mois de juillet, donc je fais les courses de rentrée fin juillet dans un supermarché vide et sans batte de baseball !
    En août, un détour à la papeterie où elles ont le droit de choisir leur agenda…
    Puis c’est fini…
    Du coup c’est un peu de la triche, pas sûre d’avoir le droit à mon diplôme de maître Zen (je vais le filer à mes parents) 😘

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s