8 ans de MiniMoy

Cela fait des semaines, des mois que je ne suis pas venue par ici. Ce n’est pas l’envie qui manque mais le temps et l’énergie !

Il y a des tas de petits projets que je voudrais partager avec vous mais ils attendront.

Pourtant hier matin, en allant réveiller le MiniMoy, je me suis dit que j’avais envie d’écrire et que je prendrais le temps ! Comme j’essaie de le faire chaque année, je voulais laisser une petite trace de lui à l’occasion de son anniversaire.

Hier, il a eu 8 ans ! Il attendait ce jour depuis des semaines. Il l’avait noté dans son agenda, il comptait les jours, rêvait et trépignait d’impatience. Lire la suite

Faut-il vraiment se mettre au sport? 

On lit, on entend partout que le sport est bon pour la santé… N’en ayant pas fait depuis 2002 (avec une reprise obligatoire pour un concours en 2007 mais je préfère oublier cet épisode douloureux) je pense sincèrement que le sport peut me nuire !! 

Heureusement que mon médecin traitant m’aime bien, il m’a assuré qu’un boulot à temps plein et 4 enfants valaient bien du sport ! 

Je me suis quand même renseigné auprès du prof de tennis de PapaCoq. 

Il avait pourtant l’air sympathique… Mais je crois que je ne suis pas prête 😂

En réalité après ce triste épisode où il m’a prise pour une folle, il a quand même accepté de m’inscrire à un cours de tennis de grands débutants. 

Un jour je vous raconterai mes exploits (mon entorse à la cheville, celle au poignet, mes balles dans le filet etc…)

ps : Je suis ravie de retrouver le blog… J’espère que vous allez bien depuis le temps !! 😨

L’entrée en sixième et le petit bonbon

Ce matin là, après quelques jours avec des déboires de transport, LaCrapule était heureuse que je l’emmène au collège. C’était un mercredi. Les plus jeunes dormaient encore à la maison avec PapaCoq. 

Nous avions pris notre petit déjeuner rien que toute les deux. Au moment de partir elle m’a lancé:

« Jai pris 1€ dans ma tirelire pour m’acheter un petit bonbon en sortant du collège »

Surprise, je n’ai rien dit. Elle m’en a reparlé dans la voiture, me demandant si j’étais d’accord. Amusée, j’ai approuvé son idée. 

Elle qui refuse d’apprendre un nouveau trajet plus rapide, elle qui n’ose pas sortir son téléphone en public, elle qui n’ose pas encore dire au revoir après les cours pour filer en vitesse prendre son bus, elle qui se cherche encore un peu dans l’attitude à adopter…  Voilà qu’elle se lançait le défi de profiter de sa toute nouvelle autonomie ! 

C’est donc une jeune fille fière et pressée de sortir de cours que j’ai déposé au collège ce matin là.

Finalement, j’ai reçu un texto m’annonçant qu’elle allait au monoprix avec sa camarade L. pour acheter des bonbons. Étant donné que je ne voyais pas où était le monoprix j’ai eu un petit coup de chaud… Bon Ok, un sacré coup de chaud et des sueurs froides… 

Je situais bien le monoprix de la ville voisine mais cela me paraissait un peu trop ambitieux… 

Bien sûr elle avait enfoui son téléphone au fin fond de son sac à dos, en silencieux… Impossible donc d’en savoir plus… 

Finalement le fameux monoprix n’était pas si loin… Je m’en suis souvenue (heireusement car un peu plus et j’appelais le FBI au cas où elle se perde en route…) et pour l’aider je lui ai envoyé un message lui indiquant le trajet à prendre pour récupérer son bus de là où elle était (et rentrer enfin à la maison, en sécurité!)

N’ayant pas vu le message, elle est retourné au collège afin de rejoindre SON arrêt de bus. Téméraire mais pas trop quand même ! (Ouf !) 

Avec PapaCoq, nous l’attendions amusés (enfin, une fois que nous avions eu le message confirmant qu’elle était dans le bon bus hein… Avant, on faisait moins les malins)

Elle est arrivée triomphante avec son paquet de bonbons à la main. Fièrement elle a distribué des bonbons à chacun. Après avoir dévoré le paquet de schtroumpfs tous les 6, nous nous sommes quand même demandé comment elle avait fait avec seulement 1€. Elle nous a avoué avoir pris 1€30 et qu’une vieille dame lui avait donné 10 centimes quand elle l’avait entendu se plaindre de ne pas avoir assez d’argent. Elle devait être bien mignonne notre Crapule dans ce monoprix pour se faire aider ainsi. 

Ce jour là, j’ai réalisé que ma grande confiance en elle était bien réelle mais que j’étais quand même pas tout à fait rassurée… Normal me direz-vous… Mes collègues de réunion n’ont rien vu de mon petit coup de stress ce jour-là… Je fais pas si mal illusion ! 

Alors forts de ce petit exploit grandiose nous voici tous les 3 fiers et rassurés sur nos capacités à gérer cette nouvelle vie de jeune collégienne! 

Et surtout nous sommes prêts à partager encore un tas de paquets de bonbons pour célébrer nos enfants qui grandissent si bien !

Le petit verre d’eau et le lit de grand

Après cette rentrée un peu chargée, j’avais envie de prendre le temps de vous raconter ce passage du SiMignon à un « lit de grand » 

Depuis quelques mois, il était devenu très difficile de le coucher. Il se mettait debout et parlait sans cesse avec la MiniMiss avec qui il partage la chambre. Il interpellait les 2 autres en espérant faire venir quelq’un près de lui. Il négociait alors un peu d’eau, ordonnait qu’on ramasse sa tétine joyeusement lancée par dessus bord, quémandait un livre ou un jouet… Bref, il ne voulait pas dormir… 

On hésitait donc à lui offrir une plus grande liberté… 

A la fin de nos vacances, il a eu le droit de dormir dans le grand lit de son oncle et il était heureux et fier. 

Bien sûr, il a fait une tentative de fugue dès le 2ème soir (bien organisé, il avait emballé son doudou et sa tétine dans la couette!)

Une fois à la maison, nous nous sommes lancés dans la construction de son nouveau lit. Le lit parapluie n’était pas loin. D’abord pour nous offrir une garantie au cas où il ne dormirait pas mais aussi dans l’hypothèse où je ne sache pas monter ce lit 😆

Après avoir pleuré en voyant son lit à barreau au sol, il a pris un tournevis et est venu me donner un coup de main

Il a choisi sa couette de « Louloupotame » et s’est couché ! Ce jour-là, il a passé un temps fou dans son lit. 

Finalement ce passage au grand lit n’a pas changé grand chose dans les premiers jours. Il nous appelait quand même le soir. 

Et puis un soir alors qu’il criait comme un pauvre malheureux qu’il voulait boire, j’ai entendu la MiniMiss le prendre en charge. 

Elle s’est levée, l’a invité à faire la même chose. Gentiment, elle lui a expliqué qu’il pouvait sortir seul et aller dans la salle de bain. Il hésitait un peu alors elle l’a pris par la main. 

Ensemble devant le lavabo je les entendais chuchoter:

-« regarde, tu peux prendre de l’eau. »

-« attends, marche » (le SiMignon installait sa petite marche pour accéder au robinet)

-« et voilà de l’eau. »

-« non, verre pirate sipeuplai »

-« tiens »

-« merci »

-« tu vois, t’es un grand maintenant, tu peux le faire tout seul d’accord?! »

Je ne vous cache pas que j’ai eu un peu peur qu’elle lui ait appris à se relever… Je m’imaginais déjà avec lui, vivant sa petite vie, le soir jusqu’à pas d’heure… L’enfer, le cauchemar… J’hesitais à me fâcher pour leur ordonner d’aller vite au lit quand ils sont repartis tous les 2 sur la pointe de pieds pour rejoindre leur lit. 

Là encore la MiniMiss a pris à coeur son rôle de grande soeur en lui expliquant qu’il fallait vite se recoucher et qu’il n’aurait droit qu’à un seul verre d’eau le soir ! 

Ils se sont recouchés en se souhaitant une bonne nuit et se sont endormis. 

Cette anecdote peut paraître un peu ridicule mais ce soir là, la MiniMiss a grandit et le SiMignon aussi. Ils n’avaient pas besoin de nous et ils ont franchi cette petite étape de la vie tous les 2. 

Depuis le SiMignon a organisé une soirée pyjama (on l’a retrouvé par terre, glissé dans sa couette comme dans un duvet…), il a transformé son lit en bibliothèque et en trampoline, il a estimé que c’était un endroit parfait pour y ranger la dînette, il s’est relevé pour surveiller son frère et ses soeurs et faire la commère… Mais il a dormi. 

Le matin, il continue de nous appeler et aime qu’on vienne le chercher. Il tend les bras vers nous puis se ravise en disant « attend, un lit de grand ». Il descend de son lit puis nous tend à nouveau les bras pour son câlin du matin. 

L’autonomie lui va bien ! 

Le banana bread, la salade et les devoirs de vacances… 

Ce soir, j’avais envie de vous raconter la jolie journée du MiniMoy. 

Depuis longtemps, il sait arrêter tout ce qu’il fait pour venir donner un petit coup de main en cuisine. Il aime battre les blancs en neige, piquer la pâte à tarte, couper les fruits, mélanger la soupe… 

Il est également persuadé d’être un singe. Autant vous dire que je l’ai moyennement pris quand il me l’a annoncé… Me prenait-il pour une guenon?? Mais il m’a expliqué sa théorie que je vous résume ici : « l’homme descend du singe donc on est tous un peu des singes et surtout, surtout ! J’adore les bananes… Donc je suis un singe ! »

 Alors en lisant l’article de Rita le Chat nous livrant sa recette de Banana Bread j’ai immédiatement pensé à mon fils-singe. 

J’ai recopié la recette pour qu’ils puissent la lire facilement (et surtout garder mon portable intact…) La MiniMiss était heureuse de m’aider en coloriant les bananes. 

Ce qui était normalement un simple moment à faire un gâteau est devenu une jolie histoire. 

Le MiniMoy me voyant fatiguée m’a proposé de tout faire seul. Mon angine et moi avons accepté ! C’est en le voyant buter à la lecture de certains mots que j’ai réalisé que c’était là les meilleurs devoirs de vacances au monde ! 

Il a lu la recette puis relu pour voir s’il avait tout compris. 

Puis il a fait un peu de calcul: « 50g de sucre blanc et 50g de sucre roux ça fait 100, mais alors, ça fait beaucoup non? Et là, j’ai mis 150g de farine dans le verre mesureur, je vais calculer combien je dois rajouter » 

On à parler des heures également. 15minutes sous un papier alu… Ça fait un quart d’heure aussi… 

Il était fier et heureux de tout faire seul. Il a mis beaucoup de soin dans la disposition des bananes décoratives. Il a même eu le droit de mettre son gâteau dans le four ! 

Le voyant impatient, j’ai proposé d’occuper les 40 premières minutes de cuisson pour aller faire un petit tour sur le trampoline de mon oncle et ma tante quelques mètres plus loin. 
Tournée générale de « Hourra ». Sur place, mon oncle nous a offert une salade. Le MiniMoy a été le regarder couper la salade dans son petit coin de potager puis à observer les légumes qui y poussaient. 

Les enfants étaient ravis de ce cadeau hors norme.De retour à la maison, le MiniMoy était inquiet, il avait peur que notre absence n’ait été trop longue mais il a vite été rassuré en entendant le timer sonner la fin des 40minutes. Il a regardé avec une très grande vigilance quand j’ai recouvert le gâteau d’alu pour la fin de la cuisson. Cet enfant pourra être jury pour le meilleur pâtissier et stresser les meilleurs candidats !

Une fois la cuisson terminée, le MiniMoy est resté dans la cuisine, jamais trop loin de son gâteau qui refroidissait. Il en a profité pour donner quelques conseils à la MiniMiss qui voulait avoir elle aussi sa place en cuisine et confectionnait  la pizza du midi. 

La salade fraîchement cueillie a donc accompagné notre repas. 

Le MiniMoy qui n’aime pas la salade a bien voulu y goûter et l’a trouvé bonne. 

Alors pour remercier de ce cadeau, il a décidé d’aller porter 2 parts du banana bread en échange. 

Avant de repartir, nous avons dégusté son gâteau. Il a d’abord été un peu déçu car il s’attendait à retrouver ses morceaux de bananes un peu crus. Puis finalement il a bien aimé. Personnellement je m’attendais à ne pas trop apprécier car  je n’aime pas beaucoup la banane mais finalement j’ai adoré. J’en ai mangé plus que de raison. Une tuerie ! 

Le MiniMoy  a enfin pris une feuille de papier pour y noter un petit mot, il a bidouillé avec un tendeur pour accrocher un panier à son porte bagage et a pris l’allée à toute vitesse pour porter son présent. 

Nous nous sommes tous régalés grâce à cette délicieuse recette ! Et je me suis encore plus régalé en observant ce petit jeune homme si gentil et serviable ! 

Et si vous ne savez pas quoi faire, faites donc un banana bread, on se régale et vous passerez sûrement un beau moment vous aussi 😘

2 ans avec lui

17 avril 2015. Un « petit » quatrième.

Celui qui nous donne une merveilleuse excuse pour notre « laxisme ». Oublier de prendre des couches, un biberon ou même son lit parapluie comme ce we (oups) n’est plus très grave, il suffit qu’on dise négligemment « oh c’est le quatrième, c’est pas grave! » (Bon en réalité nous n’étions pas mieux organisé avant 😂) Lire la suite

7 ans 

Aujourd’hui le MiniMoy a 7 ans. 

7ans. C’est si peu mais tellement à la fois !

L’âge de raison sûrement. L’âge des questions surtout qui ne s’arrêtent jamais. Il se demande toujours comment fonctionnent les objets, les gens, l’univers… Par exemple, est-ce qu’une fusée atterrit au même endroit que son point de départ et comment? Et pourquoi les mots sont ainsi et pas autrement. Pourquoi un mot désigne cette chose et pas une autre…

Notre MiniMoy grandit avec une dent en moins et l’énergie d’un petit cabri fou ! Il saute plus qu’il ne marche, il escalade chaque meuble, bout de trottoir dès qu’il le peut. Chaque arbre devient une aventure à inventer. 

Sa chambre est un vaste laboratoire. Expérience d’équilibre avec les kapplas, organisation d’un zoo à l’image d’un vrai, préparation de guerres, plans de voies ferrées etc. Il s’arrête seulement quand il finit par tomber de sommeil entouré par un nombre de doudous et jouets incalculable. 

Sa chambre est aussi la salle de jeux familiale dans laquelle il accueille avec joie (presque toujours) ses soeurs et son frère. Il ne rechigne pas à sortir le garage, un château ou une boîte de playmobils pour satisfaire la fratrie en folie. 

Mais le MiniMoy c’est aussi celui qui ne raisonne pas tout à fait comme nous, celui qui nous parle sous forme d’énigme sans le vouloir, celui avec qui il faut être clairs, précis et patients dans nos demandes sinon il trouve la faille et semble insolent. Nous cherchons encore  l’équilibre parfois pour qu’il nous comprenne et que nous puissions l’accompagner dans sa pensée un peu folle et si rapide. 

Les devoirs sont parfois fait avec la rapidité de la lumière et parfois ils semblent durer une éternité. Par exemple, alors qu’il doit relier des points à la règle, il se demande comment on sait que l’on doit porter des lunettes. Les traits qu’il avait tracé pouvait éventuellement s’apparenter à un renard, il a donc pensé aux proies de cet animal, les « lapins » puis à « terrier » puis à « terre » puis à « taupe » puis à la chanson « taupinette il faut garder tes lunettes » d’où la question finale. De la même façon une image de plume l’emmènera vers un oiseau, voler, ciel, espace, fusée, planètes et est-ce qu’il y a d’autres êtres vivants quelque part… 

Parfois il arrive à nous emmener dans son raisonnement, parfois c’est allé trop vite alors nous n’arrivons plus à communiquer. Mais il suffit d’un bon câlin, d’une nouvelle blague ou d’un bisou pour se retrouver. 

Malgré ses 21 petits kilos, il est toujours prêt à se jeter dans nos bras et se suspendre à nos jambes avec ses pieds pour faire un gros câlin « comme un singe ». 

A 7 ans il a toujours ses 2 doudous choisi bébé dans son lit mais leur préfère son « Mirsupilani », un poulpe, des poissons et quelques bêtes étranges qui constituent son zoo personnel. Il en est très fier surtout depuis Noël car il est devenu directeur d’un zoo grâce aux lettre d’Epopia ! Il a beau savoir que c’est « pour de faux » il se prend au jeu comme si c’était vrai. 

Il est dans cet âge magique où tout est encore un jeu même s’il devine que la réalité est bien là. Parfois il vient se rassurer quand on raconte des choses simplifiées/inventées aux plus jeunes. Il nous demande si on a menti ou si on dit ça pour qu’ils comprennent mieux et reformule nos propos pour rétablir la vérité. 

7 ans, l’âge du CP, de la cour des grands, de nouveaux jeux à inventer, de livres à dévorer (surtout les documentaires) et de rêves à réaliser. 

7 ans et un gâteau rêvé, imaginé, attendu… Alors je vous laisse, j’ai un sacré challenge qui m’attends avec un gâteau Marsupilami à faire ! 😉

La liste de mes envies, les bols en chocolat

Dans mon cahier « la liste de mes envies » il y a un peu de tout. On passe de l’envie de voir la muraille de Chine (autrement que sur google images bien sûr ) à une paire de ciseaux pour couper les herbes en cuisine, puis d’un train de nuit pour l’Italie à la réalisation d’un glaçage miroir.

Hier, il y avait encore « réaliser des bols en chocolat ». Ce soir, j’ai pu le rayer de la liste avec joie.

Lire la suite