La cabane au fond du jardin… ou presque

Voilà des mois que je n’ai pas écrit ici… le rythme est dense, intense et passionnant par ici.

Il y a eu des confinements successifs pour beaucoup d’entre vous et un semblant de vie normale pour les enfants et nous deux dans nos écoles. Et pourtant rien n’était vraiment pareil. En fin d’année, il y a eu le brevet de LaCrapule puis de douces vacances d’été.

La rentrée a été surprenante. Nous savions qu’avec une entrée en seconde, une entrée en sixième, une entrée en cycle 3 et une entrée en CP nous aurions des nouvelles routines à installer, des changements à opérer dans la planification des horaires et trajets, dans l’organisation des devoirs.

Nous avions anticipé que le stress pouvait apparaître chez l’un ou l’autre, mais pour autant, ce n’est pas simple à accompagner dans le tourbillon du quotidien. Le stress de l’organisation de chacun, des devoirs incompréhensibles (ou pas, mais parfois cela leur semble insurmontable à cause de la fatigue de la journée…). Les nouveaux horaires à retenir mais les emplois du temps qui changent d’heure en heure…

Et puis on y a ajouté un peu de blessures et une carte de fidélité aux urgences pour pimenter un peu cette rentrée. Une belle fracture pour le SiMignon la veille de la rentrée avec un plâtre jusqu’au coude. Heureusement qu’il s’est cassé le « bon bras » et qu’il a pu écrire ces premiers mots avec application. Mais nos divers allers-retours aux urgences pour chute et rechute sur le plâtre ont bien entamé notre capital sommeil. La MiniMiss a eu de belles allergies et s’éveillaient la nuit ne pouvant plus ouvrir les yeux tellement ils étaient gonflés… ou bien c’était les plaques de boutons sur tout le corps… Puis le MiniMoy s’est fait une entorse au doigt en voulant jouer au basket et LaCrapule a parfois agonisé au fond de son lit en gérant sa fièvre comme elle le pouvait… Bref, les vacances étaient les bienvenues !

Avec tous ces petits tracas du quotidien, j’ai parfois peiné à trouver le temps de créer et de prendre du temps de qualité avec les enfants (parce qu’infirmière ça compte mais c’est pas non plus le rêve…)

Alors on a enfin mis notre plan rêvé depuis des mois à exécution. Réaliser une cabane !

Les enfants rêvaient depuis toujours d’une cabane rien qu’à eux. Avec l’image des tous les livres lus avec une cabane perchée en haut d’un arbre.

Plutôt que d’attendre d’avoir l’arbre idéal pour y percher une cabane, on a fait comme souvent, avec les moyens du bord ! On avait repéré avec le MiniMoy qu’avec un peu de débroussaillage, on pouvait dégager un bel espace sous le sapin devant la maison.

Alors on a dit au revoir à la projection de cabane au fond du jardin et à celle d’une cabane perchée pour se lancer dans un grand désherbage avec la scie, l’élagueur et le sécateur. Chacun a pu participer.

On a été récupérer des palettes chez mes parents. Merci à eux !

Un week-end,  nous avons mis en place les palettes au sol et une en guise de mur, on y a fixé des cageots, pour faire des tables et une étagère.

On a fabriqué un vase, trouvé des solutions pour empêcher les palettes de bouger, balayé, ratissé les alentours, fixé des ficelles pour tendre de vieux draps en guise de murs. Nous avons démêlé les guirlandes de fanions qui leur avaient été offertes après l’Euro et nous avons pu officiellement déclarer la cabane ouverte.

Les enfants se réjouissent à présent d’aller y déguster leurs sandwichs des mercredis trop speed et de gagner quelques minutes au grand air quand ils s’y installent pour goûter.

Leur cabane tant rêvée a même résisté à la tempête.  On en est assez fiers ! (On a surtout eu un peu peur que le mur en palette se soit écroulé ou pire  que les draps s’envolent et provoquent des catastrophes sur la route)

Je suis heureuse d’avoir pu leur offrir ce moment de création en famille pour coopérer, réfléchir et nous amuser ensemble et heureuse de les voir jouer ensemble, rêver, imaginer et grandir.

Alors cette cabane n’enlèvera rien au tourbillon du quotidien mais elle nous a offert et nous offrira encore de doux moments de vie ! Je vous souhaite des cabanes dans vos vies pour y rire et aimer vos proches !

Tuto de calendrier de l’avent simple et rapide !

Chaque année je prépare des calendriers aux enfants. Certains avec des petites bricoles, parfois du chocolat ou encore des « bon pour… »

Cette année je me suis dit que je n’aurais pas le temps ni la possibilité de le faire à cause d’une tendinite au poignet droit. J’avais donc suivi l’idée de Marjolaine avec un calendrier photos pour chaque enfant.

Mais l’idée de leur créer un petit calendrier me trottait quand même dans la tête.

Je suis partie sur des « bon pour » car ils s’étaient fabriqué leur propre calendrier avec du chocolat et parce que je ne voulais pas leur offrir de petits gadgets car nous nous sommes lancés le défi « 1 an sans jouet ». (J’ai commencé un article pour vous en parler mais je suis probablement la seule que cela concerne…)

Bref, je ne vais pas vous assommer d’un long monologue alors que je veux vous présenter quelque chose de super rapide.

C’est tellement rapide que j’ai fait des photos à l’arrache en le réalisant.

J’ai d’abord préparé des bons à dérouler jour après jour. J’ai fait un tableau avec mon ordi. Une ligne avec le bon puis une ligne vierge pour ne pas dévoiler le bon du jour suivant si les enfants tirent trop fort (vous me comprendrez quand vous verrez le calendrier… ou pas…)

1. Le découpage des bons :

2. Le collage des bons en une longue liste :

3. La « customisation » d’un rouleau de PQ et l’ouverture d’une fente

4. On glisse le rouleau de bons dans le rouleau en faisant ressortir le premier morceau de papier. Puis couture du rouleau avec un petit doudou de Noël

5. Mise en place du calendrier et patience jusqu’à demain !

Il ne nous reste plus qu’à tirer un bon par jour pour vivre la magie de Noël jour après jour en vivant des soirées pyjama, des dîners petit déjeuner, des apéros, la déco du sapin, l’installation de la crèche…. j’ai hâte !!

Bel avent à tous !

Dompteur d’animaux fantastiques – l’anniversaire

Cet anniversaire le MiniMoy l’attendait avec impatience depuis plusieurs mois déjà !

Il avait décidé du thème : Dompteur d’animaux fantastiques

L’invitation :

J’avais dessiné un dompteur avec son cerceau. Puis j’ai remplacé la tête du dompteur par une photo de l’invité. 

J’ai évidé le cerceau pendant que le MiniMoy dessinait des marionnettes à doigts qui pourraient passer dans le cerceau. 

Même si nous connaissions la date depuis plusieurs semaines, je me suis mise à réfléchir le mercredi soir. Je comptais avancer un peu le jeudi soir mais le MiniMoy a décidé qu’on passe aux urgences (rien de grave, une petite coupure)

vendredi soir j’ai choisi de dormir alors samedi on s’est vraiment mis au travail (heureusement que je garde pleins de choses « inutiles » dans mon sous-sol…). 

J’avais prévu de faire une école de dompteur avec diverses épreuves :

Le Yéti:

On a pris une planche (qui traînait) et on l’a découpée puis peinte avec le MiniMoy

Les apprentis dompteurs devaient nourrir le Yéti avec des glaces au citron. On s’en est également servi pour faire une séance photo avec le polaroid !

Les Licornes:

Le MiniMoy et la MiniMiss ont été mis à contribution pour colorier des sabots de licornes multicolores qu’on a accrochés sur des petites échasses. 

Les apprentis dompteurs devaient défiler avec élégance pour montrer aux licornes comment se déplacer avec grâce

Ils ont également dû soigner la queue d’une licorne avec les yeux bandés (vestige d’un ancien anniversaire de LaCrapule conservé au sous-sol)

Le monstre Nessie :

Le MiniMoy avait dessiné le « monstre » et je l’ai plastifié. Plongé au fond d’une bassine d’eau il surveillait son trésor (des bouchons de plastiques rapidement bombés en or)

Avec des baguettes chinoises les futurs diplômés devait récupérer tout le trésor (et le doudou du SiMignon qui rêvait de plonger avec Nessie 😂)

Ce n’était pas si évident que ça mais LaCrapule, jury des épreuves a validé leur compétence. 

Il y a eu d’autres petites épreuves avec des parcours, des doudous à attraper avec des pinces… 

Le gâteau:

Le MiniMoy est fasciné par les aigles et a donc classé cette bête parmi les animaux fantastiques. 

Un peu de sucre doré et de la chantilly ont suffit

La décoration:

Nous avions ressorti les guirlandes de fanions et le ciel de lit Chapiteau. Les 4 fantastiques avaient aussi sorti tous leurs doudous rigolos/fantastiques/bizarres de leurs lits

Il y avait aussi des badges (étiquettes cadeaux trouvées chez ikéa), des diplômes et des petits sachets surprises (ikéa aussi)


Pour finir l’après-midi, après la remise solennelle des diplômes par LaCrapule (qui a magnifiquement bien joué le rôle de juge, un amour 😍) les nouveaux dompteurs ont pu créer leurs costumes de scène (avec des tampons et des posca)

Ce fut une chouette après-midi bien remplie ! On a même eu le temps de se faire des barbes à papa et de jouer dans le jardin !

Le MiniMoy était heureux ! Dans un souffle il m’a dit que c’était le meilleur anniversaire de sa vie et que nous étions les meilleurs parents du monde. Avant de s’ecrouler sur son oreiller 😴

Maintenant, il ne me reste plus qu’a organiser un anniversaire d’agents secret pour LaCrapule et de princesse pour la MiniMiss ! On verra ça la veille 😉 En attendant je vais réfléchir à une reconversion dans la scie sauteuse, j’aime trop jouer avec, je voudrais le faire tous les jours 😁

2 ans avec lui

17 avril 2015. Un « petit » quatrième.

Celui qui nous donne une merveilleuse excuse pour notre « laxisme ». Oublier de prendre des couches, un biberon ou même son lit parapluie comme ce we (oups) n’est plus très grave, il suffit qu’on dise négligemment « oh c’est le quatrième, c’est pas grave! » (Bon en réalité nous n’étions pas mieux organisé avant 😂) Lire la suite

Béni soit le drive !

Le soir, en rentrant de l’école mes 4 adorables ont beaucoup, beaucoup de choses à dire ! 

Il faut écouter les 4 en même temps et répondre sans se tromper tout en suivant les discussions parallèles… 

Alors je suis bien contente les soirs de « courses » d’avoir juste à récupérer mes sacs dans le coffre au drive plutôt que d’y ajouter l’envie d’acheter le magasin tout entier et le « comptage » des 4 à chaque changement de rayon pour savoir s’ils ont bien suivi la cadence ! (Ce doux moment où tu as la nette impression d’être en sortie scolaire…)

bref, MERCI à l’inventeur du drive ! 

Pour ceux qui veulent des traductions de ce que les enfants disent… 

Le MiniMoy parle de jeudi alors que nous sommes lundi. Pour lui la machin chose bidule chouette veut dire psychomotricienne (mais cela aurait pu être la dentiste ou une autre personne…)

LaCrapule n’a pas eu la réponse attendue pour « colimateur ». Je songe à installer un dictionnaire dans la voiture.

La MiniMiss veut pour Noël un saladier… C’est laCrapule qui a fait le lien… (et oui elle porte réellement ce superbe serre-tête en forme de couronne)

Le SiMignon dit « encore une chanson maman s’il te plaît » « moi j’ai un lapin et j’ai joué au train chez Nounou » « j’ai vu les pompiers » « on téléphone à papa, maman?? »
 


Ps: en voyant mon dessin PapaCoq se dit qu’il faut qu’on change de voiture 😂

L’apprentissage de l’autonomie pour les parents…

Depuis son inscription au collège LaCrapule nous interroge souvent sur sa liberté à venir.

Aura-t-elle un portable? Avec de la 4G? Pourra-t-elle manger au McDo juste en face du collège une fois par mois? Est-ce qu’elle pourra rejoindre des copines après les cours? Comment rentrera-t-elle le soir?

Une foule de questions pour lesquelles nous n’avons pas encore de vraies réponses. On a bien articulé quelques timides « oui » mais nous ne savons pas trop où nous mettons les pieds… On se sent un peu novices et perdus dans ce domaine de la pré-adolescence, du collège et de l’autonomie!

Il y a quelques semaines, lors de nos multiples trajets du mercredi, elle m’a demandé si elle pourrait rentrer du tennis seule bientôt. Il faisait froid et gris, mon excuse était toute trouvée pour lui dire « non » sans entrer dans un long débat.

Puis elle l’a à nouveau demandé quand le temps s’est radouci… Nous venions de faire une virée chez decathlon pour lui acheter un casque de trotinette.

Un peu prise de court, j’ai dû accepter. Nous avons convenu qu’elle pourrait rentrer seule mais que  je ferais des allers/retours en voiture pour la rassurer sur son parcours (oui, vous pouvez lire pour me rassurer ). Maps prévoit quand même 20minutes à pied, c’est long, surtout pour un trajet que nous ne faisons qu’en voiture.

Avant de la laisser partir au tennis ce jour là, nous avons envoyé un message à PapaCoq. Il n’était pas rassuré. A tel point que c’est lui qui guettait LaCrapule à 18h.

A 18h25, elle appuyait gaiement sur la sonnette et franchissait le portail fièrement. « Tu vois maman, ça servait à rien de m’espionner à tous les coins de rue, je suis toujours en vie! »

On a été fiers et on a compté nos cheveux blancs ce soir là ;).

La semaine suivante, elle a réitéré sa demande mais il pleuvait des trombes d’eau. Nous nous en sommes réjouis avec PapaCoq, je l’avoue !

Mais le retour du soleil n’a guère arrangé notre affaire. Nous allions devoir grandir et faire preuve de maturité…

Alors mercredi quand LaCrapule a suggéré l’idée de rentrer seule avec son regard pétillant et son sourire malicieux, je n’ai pas pu dire non.

J’ai glissé dans sa poche un bout de papier avec nos numéros de téléphone et je l’ai laissé partir à son cours. Je suis resté sagement sur le canapé à l’attendre.

A 18h25, elle sonnait à nouveau fière et un peu fatiguée.

C’est à ce moment là que j’ai prévenu PapaCoq

Alors voilà, je crois qu’on devient grands, qu’on devient encore un peu plus parents.

Il va nous falloir grandir encore pour l’accompagner au mieux, il va nous falloir apprendre et faire du mieux que l’on peut.

Pour l’instant on essaye et cela semble lui convenir. Ouf !

L’apprentissage de l’autonomie c’est difficile pour eux, mais aussi pour nous qui la découvrons avec un nouveau regard !

La « vieille » de la salle d’attente…

Ce soir, PapaCoq n’était pas là. 

J’étais pliée en deux, j’avais mal au ventre. Je devais voir le médecin. Il consulte le vendredi de 17h30 à 19h30. Il nous connaît par coeur, il se souvient du moindre de nos bobos, même quand on le croise dans la rue. Cet homme est incroyable d’humanité. Mais sa perfection à un prix… L’attente ! Il faut compter 20 à 30 minutes par patient, parfois un peu plus. 

Seule avec 4 enfants en pleine santé (pour une fois) j’avais préparé un repas rapide et diététique (une pizza aux légumes quoi) et ils ont pris des jeux, des coloriages et des bouquins.

 En arrivant en salle d’attente il y avait 8 personnes devant nous. Il était 19h29. 

Le silence régnait dans cette grande pièce et les regards se sont posé sur nous, comme pour chaque nouvel arrivant. Puis il y a eu le « comptage » parce que 4 enfants ce n’est pas facile à dénombrer d’un seul coup d’oeil. 
J’ai eu peur. Il y avait trois personnes âgées, un homme en costume à l’air si sérieux, une femme qui semblait épuisée, un couple avec une enfant assise en silence et d’autre que je n’ai pas bien identifié car mon bilan rapide a été interrompu par des manteaux à retirer, le SiMignon qui se débattait dans sa poussette, la MiniMiss qui cherchait frénétiquement ses feutres, LaCrapule qui lorgnait la dernière place assise restante pour s’y affaler et lire son livre et le MiniMoy qui avait déjà sorti tous ses jouets au sol. 

La petite fille les a rejoint, il y a eu quelques tours des legos géants mis à disposition qui se sont écroulées dans un vacarme inouï, un SiMignon chipant l’avion de son frère tournoyant dans la salle d’attente avec de nombreux bruitages, des allers et venues aux toilettes, des disputes pour les feutres, des éclats de rire en se regardant. Mais tout cela dans une sorte de calme. Les patients restaient plongés dans leurs torpeurs. Celle du vendredi soir après une semaine trop remplie. Ce calme où une mère de famille arrive à lire un livre plusieurs pages d’affilée.

Il y a eu cette femme âgée qui tenait scrupuleusement ses radios tout contre elle. Elle observait, ne disait rien. 

Ma parano et moi, on s’est demandé ce qu’elle pensait. Peut-être était-elle comme cette autre femme qui une fois avait dit à son mari dans le silence de cette même salle d’attente « regarde moi ça… 4 enfants… Quand-même ! Encore une qui ne travaille pas » 

Pour une fois, je ne m’étais pas laissé faire et je lui avais répondu gentiment que je travaillais. On avait un peu échangé et elle s’était radoucie. 

Mais là avec ma compagne de toujours on se tenait à l’affût !

Puis son tour est arrivé. Elle s’est levé et a rejoint le médecin sans rien dire, ses examens toujours près d’elle. J’ai baissé la garde, il n’y avait plus rien à craindre…

30minutes plus tard, elle est sortie et à lancé un au revoir à la cantonnade. Le salut de la liberté que lance souvent les patients soulagés de retrouver la douceur de leur foyer. 

La main sur la poignée, elle s’est ravisée, elle a fait demi-tour, très droite, a traversé la salle d’attente et est venue me voir, tout près, elle s’est penchée et m’a chuchoté 

« Madame, vos enfants sont adorables. Ils sont beaux et vraiment très mignons. J’ai observé votre fils ranger patiemment toutes les revues. Vraiment ils sont très mignons. Bravo! »

Épuisée comme je suis, j’en aurais pleuré d’émotions. Ces bougres d’enfants ont même pensé à la remercier (double envie de pleurer et ouverture du campagne dans ma tête). 

Elle est repartie toujours aussi droite. Saluant à nouveau l’assemblée et je suis restée là souriant bêtement (en même temps je n’allais pas partir, il restait encore 4 personnes devant nous !)

Alors madame, merci. A 21h vous avez éclairé ma longue soirée attente d’un grand rayon de soleil, vous avez balayé d’un revers de main ma peur d’être jugée et vous avez redonné confiance à mes enfants qui commençaient à en avoir marre.

Et merci à PapaCoq qui a pu rentrer et me délester de 4 enfants 😉 

Allez, plus que 2 patiens avant moi !

Les « tickets compliment » et « tickets câlin »

Dans le quotidien d’une famille nombreuse il y a des « je t’aime » qui fusent, des bisous qui claquent, des gentillesses hurlées d’une pièce à l’autre, des mots doux sussurés à l’oreille…

Mais il y aussi quelques disputes, des reproches, des coups de fatigue et bien trop de « j’ai pas le temps »!

Alors quand j’ai lu le billet de Marjolimaman sur ces tickets Câlin, j’ai eu envie de faire pareil! 

J’ai alors réalisé plusieurs coloriages. Les enfants ont pu se les approprier en les coloriant. Je les ai plastifié et maintenant ils savent qu’en cas de besoin, ils peuvent nous présenter leur ticket et on s’arrêtera quelques instants même si le dîner brûle (on n’est plus à un signal d’incendie près avec nos détecteurs de fumée)

Regardez, même le SiMignon a fait le sien 

Et il se sert pour quémander un câlin de plus. 

Voici nos tickets « vierges » que vous pouvez enregistrer:

Quelques jours après LaCrapule s’énervait car j’avais félicité son frère qui venait de lire quelque chose. Elle a râlé en disant qu’on ne l’applaudissait pas quand elle lisait et qu’on ne lui faisait jamais de compliments. 
Après lui avoir énuméré la liste des compliments qu’elle avait reçu dans la journée, j’ai eu envie de garder des traces des compliments qu’on peut faire à nos enfants. L’idée des tickets câlin étant toute fraîche, je suis repartie sur des tickets: « mon ticket compliment ». Chacun a sa couleur et un petit dessin le représentant. 

On les a imprimé en masse 

Ils ont adoré lire leurs petits compliments. Ils en étaient même un peu gênés alors qu’ils ne réagissent pas quand on leur dit… 

Et chez vous, des petites astuces pour garder le positif et prendre du temps avec vos enfants?